13 septembre 2018 Earthwake

Paris, le 13 septembre 2018 – L’Association Earthwake, fondée en 2015 par le comédien Samuel Le Bihan, a pour mission de mettre au point des innovations pour collecter et valoriser les déchets plastiques. Le 10 septembre dernier, Earthwake était à Antibes pour faire une démonstration de sa machine révolutionnaire « Chrysalis ».

A l’heure où l’on se pose de vraies questions sur le sujet de la pollution de nos océans par les déchets plastiques, l’Association Earthwake apporte une solution concrète et efficace avec « Chrysalis ».

« Chrysalis » le principe de la pyrolyse jamais développé avec autant de technicité

L’inventeur Christofer Costes utilise le principe de la pyrolyse du plastique qui consiste à les chauffer à 450 °C en l’absence d’oxygène pour casser les molécules et les ramener à un état liquide.
Le procédé n’est pas nouveau mais la Chrysalis offre 5 atouts différenciants :

  1. Elle permet de séparer efficacement le diesel, l’essence, le gaz et les résidus
  2. Elle offre des résultats constants. Le processus fonctionne avec le même rendement à chaque utilisation.
  3. Elle est d’inspiration low-tech. Elle est construite avec des matériaux peu couteux, sans électronique et facile à entretenir.
  4. Elle est à taille humaine. Transportée par conteneur directement sur les zones polluées, elle pourra transformer jusqu’à 10 tonnes de déchets plastiques par mois.
  5. Elle est autonome en énergie

La Chrysalis annonce un rendement très performant de 93%. Avec 1kg de plastique on obtient :

– 65% de gasoil pour un générateur, tracteur, moteur de bateaux…

– 18% d’essence comme produit de chauffage, lampe …

– 10% de gaz utilisé pour autoalimenter la machine.

– 7% de Charbon a destination de mine de crayons, colorants…

Cette prouesse ouvre de nouvelles perspectives économiques autour de la dépollution.

Elle pourrait également être une solution dans les pays émergents qui sont les premières victimes de ce fléau.